Five Finger For a Fail Factory

Bienvenue dans l'usine à stupideries de Aspada, tenue par une bande de doigts cassés qui vont s'évertuer à vous fournir une dose de lol au moins une fois par semaine sans y parvenir.

30 janvier 2011

Résumé du salon des formations artistiques

Bon, pour ceux qui sont intéressés par les études en dessin pour quand ils seront largués dans le monde sans pitié de l'IRL (et dieu sait à quel point vous êtres absents de la liste des habitués de ce blog ouvert la semaine dernière xD), je vais vous faire un petit paté sur ce qu'il y avait à voir,e t plus particulièrement sur la branche du cinéma d'animation vu que j'étais venu pour ça surtout.

Donc en gros, le salon, c'était vendredi-samedi 28-29 à Paris Porte de Versailles (informations plutôt inutiles s'il en est). D'ailleurs j'ai envie de revenir sur le fait que Paris est quand même une ville qui est pourrie de partout, impossible de trouver un coin d'air qui ne sente ni la pisse ni le pot d'échappement ni les ordures... Et remplie d'arnaqueurs d'ailleurs, des mecs ont tenté de nous refiler des faux billets moitié prix (3€) à l'entrée du parc des expositions (c'était gratuit pour les étudiants, en plus).

Donc une fois rentrés, on planifie vite fait les stands qu'on veut aller voir... et on laisse tomber parce qu'il y en a trop. On aura vu entre autre surtout les prépas d'art, les écoles d'animation et quelques autres écoles pour des trucs légèrement différents. Pour ceux qui visent une carrière dans le dessin, sachez qu'il y a des options différentes à prendre après le bac. Bon faut garder en tête que je ne suis pas un spécialiste de la chose, je ne fais que rapporter ce que les gens qui connaissent le milieu m'ont raconté. Faites-le moi remarquer si j'ai raconté quelque chose de faux/déplacé >_>

Après le bac :
Il y a trois voies "classiques" sur lesquelles s'engager après le bac : le DMA (diplôme des métiers d'art), la MANAA (mise à niveau en art appliqué) et la Prépa d'Art (intégrée ou non à une grande école). Quoique... le DMA est plutôt réservé à ceux qui sortent d'un bac STI Art Appliqué, à moins de faire une MANAA avant. Ceux qui en ont un peu plus dans le pantalon réussissent à rentrer en grande école dès qu'ils ont le bac, ou encore plus balèze, se débrouillent en autodidactes (chose qui était courante dans le milieu il y a 30 ans). On m'a aussi parlé des écoles des beaux-arts, mais je ne sais pas assez de choses pour m'exprimer sur le sujet.
Concernant les DMA, il s'agit de cursus qui permettent de se spécialiser très vite dans une branche assez précise, pour ensuite enchaîner sur un BTS ou une grande école... qui durent généralement 2 ans.
Les MANAA sont assez nombreuses en France et sont à priori plutôt publiques, ce qui garantit une qualité d'enseignement plutôt constante. Cependant les cours se rapprocheraient plus de l'art plastique (avec un aspect intellectuel/conceptuel forcément présent...) que du dessin. A noter également que le rythme se rapproche assez de celui du lycée, avec des bulletins de notes, des exams, etc.
Les Prépas d'Art sont quant à elles pratiquement toutes privées. Sauf que elles se concentrent plus sur l'aspect créatif et le niveau en dessin de ses élèves, elles restent néanmoins assez polyvalentes en incluant des cours de sculpture, photo... dans leurs emplois du temps (env. 30h/semaine d'ailleurs). Il paraît que les Prépas permettent mieux de rentrer en grande école par la suite (c'est assez justifié quand on voit les prépas intégrées...). Enfin personnellement l'année prochaine c'est vers elles que je vais me tourner.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Prépas d'Art :
Les Prépas sont plus ou moins exigeantes sur le niveau de dessin (de toute façon il faudra présenter un book même dans les MANAA), dépendant de leurs caractéristiques. Leur but reste quand même de faire faire du dessin intensif à ceux qui sortent d'une filière générale. Après visite du salon j'ai pu lister 5-6 Prépas qui m'intéressent pour l'année prochaine :

- l' EPSAA (Paris)
Seule Prépa d'Art publique et donc gratuite du salon (et probablement de France). Il y a un concours d'entrée (nature morte + entretien), ce qui est plutôt justifié vu ce qui a été énoncé précédemment... Je ne sais pas tellement à quoi ressemblent les cours qui sont dispensés. Mais on m'a dit que ceux qui sortaient d'une prépa publique étaient valorisés au concours des grandes écoles, justement grâce à la motivation confirmée par l'entrée dans un tel établissement.

- Prépa de l'école Pivaut (Nantes)
Prépa semi-privée (env. 3500€) proposant deux orientations différentes : Art Appliqué et Dessin Narratif (je vise la deuxième option). C'est celle qui m'intéresse le plus pour l'instant d'autant plus qu'elle a été citée à une "conférence" de l'école des Gobelins. Le but premier de cette prépa est évidemment de faire passer ses élèves dans le cursus de trois ans d'école d'animation, mais on peut tout à fait s'inscrire aux concours d'autres écoles.

- Atelier de Sèvres (Paris)
Prépa plus exigeante quant au niveau de dessin car sa vocation est de faire passer à coup sûr ses élèves dans l'école qu'ils souhaitent (toute l'année se centre sur les concours). Éventuellement à prévoir en tant que seconde année de prépa. Elle bénéficie d'une bonne réputation.

- ECV (Nantes)
Prépa privée intégrée à une école. Cursus normal, je les ai vus vite fait à un salon plus tôt dans l'année. Ils sont assez cités par les bouquins de l'ONISEP, mais honnêtement je la considère comme une solution de secours, je n'ai pas encore eu d'opinions sur cette école.

- ESAAT (Roubaix)
Prépa MANAA (?) qui n'était pas présente au salon donc je ne sais pas tellement quoi raconter là-dessus. Je sais qu'elle est publique et qu'elle a été citée par plusieurs étudiants en cinéma d'animation. A voir.

Il a évidemment d'autres prépas (intégrées ou non) à citer, mais je ne m'étendrai pas là-dessus.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Grandes écoles de cinéma d'animation :
Écoles qui permettent de faire du cinéma d'animation (comme leur nom ne l'indique pas), ce qui permet à priori de faire de la pub, évidemment des courts/longs-métrages, du jeu vidéo... Garder à l'esprit qu'à ce niveau on est plus une chèvre ni en dessin ni en narration, donc on peut éventuellement se lancer partiellement dans la BD j'imagine. En France on a la chance d'avoir des écoles d'animation renommées dans le monde entier, donc pas trop la peine d'aller chercher à l'étranger (les deux autres pays à envisager étant les USA et le Japon...).

- Gobelins (Paris)
La meilleure école d'animation du monde d'après l'opinion général (comme ça c'est fait). Le concours d'entrée est étonnamment abusé, et consiste en une journée entière d'examen comprenant une épreuve de character design, une épreuve de dessin narratif, une épreuve de dessin assez space, et une épreuve de narration écrite. Sans oublier le book et l'entretien à passer pour les survivants à la première épreuve. Formellement il est possible de passer le concours sans faire de prépa mais en pratique personne n'a jamais réussi à rentrer sans avoir au minimum un bac+2. Pas mal de ceux qui rentrent ont un DMA animation ou deux années de prépa d'art (ou 15 ans d'expérience autodidacte, ou un parent animateur). L'école privilégie fortement l'élitisme et le travail en équipe. Une fois sortis on entre tranquille dans à peu près n'importe quel studio d'animation (genre Pixar). Cependant les cursus animation des Gobelins n'est pas irréprochable d'après les autres écoles.

- Supinfocom (Arles et Valencienne)
Considérée comme la deuxième école d'animation de France. Supincofom est une école plutôt tournée vers l'animation 3D Et propose un cursus en 5 ans qui coûte néanmoins 6000 balles l'année. Elle reste une école à renommée internationale qui propose un enseignement de qualité.

- Ecole Pivaut (Nantes)
École plutôt appréciée par les Gobelins (et vice-versa) qui jouit d'une bonne réputation également. Un des profs m'a confié que la différence fondamentale entre les deux écoles était que les Gobelins étaient très axés sur l'animation des personnages (les faire bouger, quoi), tandis qu'eux étaient très portés sur la réalisation de décors. A voir.

- ESMA (Montpellier)
Encore une grande école assez renommée (qui n'hésite pas à diffuser les courts-métrages de ses élèves [voir sur Dailymotion]) qui ne propose pas de prépa intégrée et qui est en train de s'installer à Nantes d'après les dernières nouvelles (enfin ça reste assez flou comme info... je ne suis pas sûr des détails). Je ne connais pas suffisemment.

- ArtFX (Montpellier)
École privée d'animation qui avait un petit stand au salon, moins connue que les autres. Comme Supinfocom, 6000 balles l'année. Elle propose une prépa intégrée optionnelle, et est très axée sur la spécialisation de ses élèves. Chaque personne va ainsi être préparée à fond pour un métier précis, ce que je trouve légèrement dommage mais compréhensible. L'école est renommée surtout pour son enseignement en matière d'effets spéciaux.

- EMCA (Angoulême)
This is THE École où je veux aller plus tard <3. Considérée comme la 3ème école d'animation de France, l'EMCA a pour particularité de rester très libre avec l'individualité de ses élèves, chose qui est moins flagrante aux Gobelins ou à Supinfocom d'après eux. Ces dernières forment des animateurs avec du skill en béton, l'EMCA dit quant à elle s'attacher aux univers et projets personnels de ses élèves et comptent primordialement sur la motivation au concours d'entrée. En plus c'est à Angoulême donc c'est génial avec toutes les autres écoles d'art qui sont dans le coin (ENJMIN, LISA). Et ils travaillent en partenariat avec des studios d'animation du coin (bon, les Gobelins aussi bossent avec des intervenants professionnels, oublié de préciser). Bref j'ai pu écouter les élèves discuter pendant les portes ouvertes, l'ambiance a l'air vraiment cool et la diversité culturelle est également un des soucis du concours d'entrée. Ça garantit une émulation au sein des groupes selon la philosophie de l'école.

- Bonus : Tigobo Animation
Alors... Tigobo n'est PAS une école, c'est un petit studio d'animation indépendant tenu par deux membres de la première promotion de l'EMCA. Du coup ils travaillent en partenariat avec l'école, en proposant des stages (entre autre). En fait, le problème du studio ce sont apparemment les financements. Le studio produit des courts-métrages, est actif, mais pas forcément à plein temps, car les projets trop marginaux qu'ils proposent ne tentent pas tellement les producteurs (ou alors ils leur proposent de remanier le scénario, chose que tigobo n'accepte pas). D'ailleurs c'est un schéma assez représentatif de la culture en général aujourd'hui... les gros éditeurs se risquent rarement à financer des nouveaux auteurs peu reconnus. Tigobo propose donc entre autre des stages pour apprendre à animer, et pour se financer un petit peu tout en continuant à bosser.

 

Voilà, c'est tout pour ce soir (taaaaaard), j'éditerai éventuellement pour parler de quelques autres écoles qui n'ont rien à voir.

Posté par Aspada à 23:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire